lundi 31 décembre 2012

A L'ANNEE PROCHAINE !

Moins de posts ces dernières semaines dû à un manque de temps et peut-être aussi de motivation, mais je vais tâcher de reprendre tout ça à un rythme un peu plus soutenu à la rentrée, j'ai encore pas mal de disques qui n'attendent que ça ;o)
Quoi qu'il en soit, bon réveillon à tous et rdv en 2013 pour de nouveaux articles et peut-être un nouvel habillage pour le blog ! Keep on rockin' in a free world !

AFFIRMATIF !!

dimanche 16 décembre 2012

ERIC SERRA - SUBWAY

Subway, 2e réalisation de Luc Besson sortie en 1985 voit également sa 2e collaboration avec Eric Serra pour la musique. 
Une superbe B.O sous le signe du jazz ambiant, du jazz fusion et du rock, avec une sonorité typique pour l'époque, un son froid et brut.
L'artiste est accompagné de talentueux musiciens dont Corinne Mariennau et Louis Bertignac (Téléphone allait se séparer l'année suivante) sur la composition de 2 titres :"it's only mystery" qui sera un tube et "Guns & People" qui sonne très Téléphone justement. 
Sur ces deux seuls morceaux chantés de l'album c'est Arthur Simms qui s'y colle, immense chanteur et choriste pour de nombreux artistes (Michel Jonasz lui rendra hommage suite à son décès en 1987 sur son album Où est la source avec le titre "Arthur") .
L'occasion aussi de découvrir le talent de bassiste de Serra avec le titre "congabass", duo basse slappée/congas assez impressionnant (que l'on voit dans le film), culte pour tout bassiste s'exerçant au slap et recommandé par les enseignants, sans parler des passages fretless qui sont également magnifiques ("childhood drama").
Le reste est comme je l'ai dit un florilège de jazz fusion et ambiant qui colle parfaitement avec l'ambiance souterraine du film, c'est glacial c'est avec également un trés beau solo de saxophone ("song to Xavier").
Une B.O devenu culte aujourd'hui qui m'aura nettement plus marqué que le film. Amateurs de sons d'ambiance 80's, cette B.O est faite pour vous. 

Titres
 1. Subway - 2. Guns & people - 3. Burglary - 4. Masquerade - 5. Childhood drama - 6. Man Y - 7. Congabass - 8. Song to Xavier - 9. Speedway - 10. It's only mystery - 11. Drumskate - 12. Dolphin dance - 13. Racked animal - 14. Pretext - 15. Dark passage II

Année : 1985
Genre : B.O jazz, rock
Label : Wagram music



mercredi 21 novembre 2012

JEAN-FRANCOIS JACQ - LE SOLEIL NOIR DU ROCK FRANCAIS


 "Une magnifique page du rock français écrite dans la poudre, les larmes et le sang ". 
Philippe Manoeuvre

Je me permet aujourd'hui et pour la première fois depuis la création du blog, de faire une chronique non pas d'un disque, mais d'un livre.
Un ouvrage consacré à Olivier Caudron, un des grands "oubliés" du rock français.
Piqure de rappel, Olivier Caudron dit "Olive", fut le chanteur/guitariste de Lili Drop fin 70's début 80's. Copain de bahut et alter ego de Jean-Louis Aubert il participa aux prémices de ce que sera Téléphone pour en être rapidement écarté. S'ensuivra la création de Lili Drop puis une carrière solo (voir chroniques ici et ici). 
Véritable écorché vif doublé d'un génie créatif, Olive vivait à cent à l'heure mais a toujours été rattrapé par la dope qui lui procura autant de plaisir qu'elle lui causera sa perte tant personnellement qu'artistiquement.
JF Jacq, proche d'Olive et webmaster du site officiel, fut le témoin des dernières années de sa vie et raconte ici l'envers du décor de son histoire : la musique, les amis, les amours, le succès, la traversée du désert, les trahisons, les excès et bien plus encore. 
De nombreux témoignages de ses amis, artistes ou pas, mais surtout un long entretien avec Olive en personne sont les sources même de Jean-François, d'où pas mal d'anecdotes et d'histoires bien précises, le tout agrémenté d'un verso rédigé par Philippe Manoeuvre.
Une superbe biographie d'un artiste à part dans le paysage du rock français qui aura croisé la route de pas mal de noms qui vous seront familiers. 
Avec la sortie de ce livre, Jean-François, les proches et les fans d'Olive espèrent une réédition de la discographie complète de l'artiste, mais ce projet n'aura probablement pas lieu car pas assez "rentable" d'après la maison de disque qui ne raisonne qu'avec une putain de calculette en main. C'est surtout rageant quand on sait que la remastérisation a été faite depuis quelques temps déjà et qu'elle n'attend plus qu'un feu vert...
Ce livre restera donc à moins d'un "miracle" la dernière actualité d'Olive, faites le tourner, faites perpétuer son œuvre et sa mémoire, et continuez de l'écouter. 
Et merci à Jean-François...

Site Lili Drop et Olive : http://lilidrop.e-monsite.com/
Blog de Jean-François http://jeanfrancoisjacq.eklablog.com/
Affiche promo : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=333588113406308&set=pb.216386308459823.-2207520000.1353516204&type=3&theater

mardi 13 novembre 2012

CARDINAL SIN - SPITEFUL INTENTS

Petite rareté dans le monde du black métal, le 1er (et unique) EP du groupe suédois Cardinal Sin sorti en 1996.
Fondé par John Zwetsloot ex-guitariste de Dissection, le groupe propose un black métal aux accents death. 
Il est accompagné entre autre par 2 ex-Marduk, autant dire que l'on a affaire ici à de grosses pointures du genre.
Un black métal donc au son très prometteur (la production est impeccable), pas brouillon, bien travaillé et très mélodique agrémenté de passages acoustiques mystiques dont John Zwetsloot a le secret.
Malheureusement le groupe se séparera peu de temps après en laissant derrière lui cet unique 4 titres pourtant annonciateur d'un album qui aurait sans aucun doute fait parler de lui. 
Un espoir renait en 2003 quand le groupe refait surface... pour redisparaitre aussitôt. 
Une sorte d'étoile filante dans le petit monde obscur du black métal.

Titres : 
1. Spiteful intents - 2. Probe with a quest - 3. The cardinal sin - 4. Language of sorrow

Année : 1996
Genre : Black/death métal
Label : Wrong again records


jeudi 8 novembre 2012

THE CURE - GREATEST HITS ACOUSTIC

J'adore les Cure mais je commence seulement à m'intéresser aux albums à proprement dit, jusqu'à aujourd'hui c'est surtout par le biais de compilations que j'écoutais la bande de Robert Smith
A défaut de pouvoir parler aisément d'une de leur galette, je vais évoquer cette compil sortie en 2001.
Énième best of, il a une particularité très intéressante, en effet le groupe a pour l'occasion réenregistré leurs tubes en version acoustique, le 1er cd contient les enregistrement originaux (agrémenté de 2 inédits) et le 2e donc, les mêmes morceaux entièrement débranchés.
Alors premier sentiment avant écoute, les Cure en acoustique ça peut paraître bizarre voire impossible, imaginer par exemple "the lovecats" ou encore "the walk" qui sont déjà bien tordus à la base, faut le faire...
Et ils l'ont plutôt bien fait, les morceaux prennent une toute autre dimension et le comble, deviennent même joyeux ! 
Le son est d'une pureté impressionnante et quelques petits arrangements (pas forcément toujours efficaces d'ailleurs) sont ajoutés pour mieux coller à l'"unplugged". 
Smith a l'air en tout cas d'y prendre plaisir ! 
Un reproche cependant, ces versions n'ont jamais été disponibles séparément du 1er cd vu qu' il s'agissait d'une édition limitée, dommage car au final elles sont surtout intéressantes pour les vrais fans qui n'ont pas besoin du 1er disque, ceci dit on peut l'offrir à sa progéniture pour sa bonne éducation...
Quoiqu'il en soit, c'est une parenthèse intéressante permettant de redécouvrir le groupe, certains ont adopté d'autres n'ont pas adhéré, jetez y une oreille et faites vous votre propre opinion !
Un dvd portant le même nom est sorti peut de temps après, avec les versions acoustiques filmés en studio, superbe !

Titres
1. Boys don't cry - 2. A forest - 3. Let's go to bed - 4. The walk - 5. The lovecats - 6. In between days - 7. Close to me - 8. Why can't I be you - 9. Just like heaven - 10. Lullaby - 11. Lovesong - 12. Never enough - 13. High - 14. Friday i'min love - 15. Mint car - 16. Wrong number - 17. Cut here (inédit) - 18. Just say yes (inédit)

Année : 2001
Genre : Acoustic
Label : Elektra


jeudi 25 octobre 2012

RENAUD - AMOUREUX DE PANAME

A l'heure où Renaud est dans une période morte créativement parlant, une nouvelle intégrale va sortir, le moment donc de parler un peu du loubard le plus cool de l'hexagone.
Oui mais voilà, dilemme, quel album choisir ? 
Chaque album studio est un monument (du moins jusqu'en 1994), alors finalement, pourquoi ne pas parler des débuts, le disque par lequel tout a commencé (ou presque) !
Renaud a déjà quelques années artistiques derrière lui (comédien, chanteur de rue) quand sort Amoureux de Paname en 1975.
Ici, on découvre les 2 facettes qui feront la carrière de l'artiste, le révolté et le poête (bien que sa révolte soit également poétique). 
Son amour pour Paris, sa haine des bourgeois, de la société en général, mais surtout sa vision de la vie, parfois drôle et tendre, parfois dure.
Musicalement parlant, on est en plein dans le folk et la chanson réaliste, style qu'il pratiqua dans la rue en duo avec un pote accordéoniste (et qu'il pratiquera encore après la sortie du disque).
Un premier essai au succès d'estime devenu un incontournable et contenant déjà une poignée de classiques, un pépite parmi les autres qui suivront...
Renaud a été considéré plus tard comme avant-gardiste avec ses écrits revendicateurs, bon nombre d'artistes issus du hip-hop racontent s'être inspirés de ses textes, et encore aujourd'hui on peut constater qu'ils sont plus que jamais d'actualité. 
A l'image d'un Ferré d'un Brassens, ou d'un Gainsbourg, c'est un des plus grands auteurs et poètes français, et même si ses derniers albums sont moins bons, il reste pour moi un de mes chanteurs favoris.

Titres
1. Amoureux de Paname - 2. Société tu m'auras pas ! - 3. Petite fille des sombres rues - 4. La java sans joie - 5. Gueule d'aminche - 6. La coupole - 7. Hexagone - 8. Écoutez moi les Gavroches - 9. Rita - 10. Camarade bourgeois - 11. Le gringalet - 12. La menthe à l'eau - 13. Greta

Année : 1975
Genre : Chanson française
Label : Polydor


mardi 23 octobre 2012

THE GUN CLUB - FIRE OF LOVE


1er album du Gun Club, groupe punk aux sonorités blues dû au fort penchant pour la musique noire de son charismatique leader Jeffrey Lee Pierce, sorte de Jim Morrison des 80's.
De punk il en est effectivement question, une distorsion bien grasse, une rythmique tonique, malgré une prod moyenne, mais de blues aussi, en témoigne la reprise de Robert Johnson ("preaching the blues), la slide guitare de Kid Congo Powers (futur membre des Cramps et des Bad Seeds de Nick Cave) et ces nombreux passages aux couleurs rockabilly.
Un 1er disque puissant, teinté d'une énergie sans faille qui influencera toute une génération de rockeurs (Noir Désir, Jack White,...).
Un groupe et un album aujourd'hui devenus cultes qu'il faut continuer à faire connaitre, à faire perdurer dans le temps, une petite pépite ! JLP nous a quitté en 1996.

Titres
1. Sex beat - 2. Preaching the blues - 3. Promise me - 4. She's like heroin to me - 5. For the love of Ivy - 6. Fire spirit - 7. Ghost on the highway - 8. Jack on fire - 9. Black train - 10. Cool drink of water - 11. Goodbye Johnny

Année : 1981
Genre : Punk-blues
Label : Slash records


dimanche 21 octobre 2012

KING TUBBY'S AND THE AGGROVATORS - UPSET THE UPSETTERS


Le dub est un style musical issu du reggae, en gros il consiste au remixe/réenregistrement de titres en mettant fortement en avant la rythmique basse/batterie, essence même du reggae, tout en y ajoutant des effets sonores (grosse réverb notamment) et la plupart du temps en excluant le chant du morceau initial, ce qui en fait un genre majoritairement instrumental. 
L'histoire raconte que c'est King Tubby qui le premier l'a expérimenté et développé.
Ingénieur/producteur jamaïcain et accro au travail, il a collaboré avec de nombreux artistes de son pays, d'anonymes en passant par les plus grands d'où une discographie très riche, pas toujours bien référencé où officiels et bootlegs se partagent les bacs.
Ici, il collabore aux Aggrovators, collectif reggae crée par Bunny Lee, autre producteur et ami de Tubby pour reprendre à sa façon différents titres des Upsetters, un autre collectif crée par Lee "Scratch" Perry (vous suivez ?). 
Effectivement à l'époque (et comme aujourd'hui encore) les producteurs engageaient des musiciens de studio en leur donnant un nom et accompagnaient les artistes en studio comme sur scène. 
Ce disque parmi, tant d'autres, reflète parfaitement son travail, un dub truffé de réverb, d'échos et ce son roots si particulier made in Jamaïque. A noter que "crying dub" reprend le thème de "No woman no cry".
Cette version doit probablement être un bootleg car il n'est pas mentionné dans sa discographie officielle, en revanche un autre disque portant le même nom y apparait mais le track-listing n'est pas le même. 

Titres
1. Crucial dub - 2. Jah Jah dub - 3. Fatty bum dub - 4. Sweet dub - 5. Mad dub - 6. Big bad dub - 7. Stronger dub - 8. Waltzing dub - 9. The baddest dub - 10. It's green and cold dub - 11. Crying dub - 12. Sufferers dub - 13. Winning dub - 14. Upsetting dub

Année : inconnue
Genre : Dub
Label : Rhino records

Pas de site internet officiel connu

Certains titres sont à l'écoute sur youtube

lundi 15 octobre 2012

FLOTSAM AND JETSAM - DOOMSDAY FOR THE DECEIVER


Flotsam and Jetsam, derrière ce patronyme et cette jaquette bien d'époque (1986), se cache un excellent combo de thrash métal, certes moins connu que ses compatriotes (Slayer, Exodus,...), mais dont tout amateur de métal ayant poussé un peu les recherches a forcément entendu parlé car il s'agit du premier groupe de Jason Newsted qui rejoindra Metallica l'année même de la sortie de ce disque et fort est de constater à son écoute que son jeu de basse a fortement été négligé durant toutes ses années avec les "four horsemen", mais ça c'est une autre histoire et un autre débat...
Un premier album donc, dans la plus pure tradition thrash métal, grosses guitares, double grosses caisse, voix aiguë, basse vrombissante. 
La recette est là, les compositions sont puissantes, mélodiques, la voix effectue des envolées impressionnantes, parfois un peu à la limite du grotesque, mais il faut saluer la performance assez exceptionnelle tout de même !
La superbe intro acoustique/électrique du morceau titre montre encore à quel point les musiciens de heavy métal sont des compositeurs de talent et sur un premier album en plus !
Soulignons également le magnifique solo de basse de Newsted ("metalshock) qui confirme ce que je disait plus haut.
Il est d'ailleurs amusant de constater que l'un des titres s'appelle "fade to black" homonyme d'un morceau de Metallica paru 2 ans plus tôt.
Si vous ne connaissez pas Flotsam & Jetsam, il est encore temps de découvrir entre autre ce premier opus, celui d'une longue carrière d'un groupe encore en activité aujourd'hui.

Titres
1. Hammerhead - 2. Iron tears - 3. Desecrator - 4. Fade to black - 5. Doomsday for the deceiver - 6. Metalshock - 7. She took an axe - 8. U.L.S.W - 9. Der Fuhrer - 10. Flotzilla

Année : 1986
Genre : Thrash métal
Label : Metal Blade


mercredi 3 octobre 2012

INDOCHINE - DANCETARIA


Janvier 1999, Nicola et Stéfane Sirkis sont en studio pour les premières prises de ce qui constituera le nouvel album d'Indochine
Le groupe est depuis quelques années quasiment "mort" médiatiquement, Dominique Nicolas est parti depuis déjà 4 ans, les albums se vendent modestement, mais ils rassemblent toujours autant de fans lors de leurs concerts.
Fin février, Stef décède brutalement, emporté par une hépatite foudroyante.
Nicola décide, malgré la douleur, de finir l'enregistrement en hommage à son frère et de terminer ses mélodies inachevées avec l'aide de Jean-Pierre Pilot et Oli De Sat (futur membre à part entière).
Il en découle un des albums les plus sombres et mélancoliques d'Indo tant par les textes que musicalement, mais également un des meilleurs de leur carrière.
On est dans une atmosphère de pop-électro aux arrangements noirs et planants, on y perçoit  même quelques riffs aux sonorités métal-indus.
Le fantôme de Stef plane sur ce disque et quelques textes lui font directement référence ("atomic sky" et "she night").
Un disque dont la noirçeur en fait la beauté principale et demeure pour moi encore aujourd'hui un des plus aboutit et surtout un des plus beaux albums du groupe.
Lors de la tournée, Nicola laissera une place vide sur scène, là où Stéfane aurai du se trouver et lui rendra un hommage magnifique et poignant lors de chaque interprétation de "she night" où des images du guitariste défileront sur un grand écran, un grand moment d'émotion visible sur le DVD Les divisions de la joie.

Titres
1. Dancetaria - 2. Juste toi et moi - 3. Manisfesto (les divisions de la joie) - 4. Justine - 5. Atomic sky - 6. Rose song - 7. Stef II - 8. She night - 9. Venus - 10. Astroboy - 11. Halleluya - 12. Le message

Année : 1999
Genre : Pop électro
Label : Sony



mardi 25 septembre 2012

TROUBLE JUICE

Alors que dire, je me suis procuré cet album la semaine dernière, pour plusieurs raisons, déjà JB le guitariste a été un de mes prof il y a une dizaine d'années (eh oui encore un) et vu ses influences de haute qualité  je savais à peu près ce que j'allais y trouver. 
A cette même époque le groupe existait déjà et se spécialisait dans les reprises de rock n' roll, blues, rockabilly et j'ai pu les voir sur scène, un gros moment musical, la chanteuse Titi (ex Bérurier Noir) fait le show à la perfection, une sacrée nana !
C'est donc avec plaisir que j'ai découvert il y a quelques mois que le groupe toujours actif a désormais posé ses amplis en région nantaise (ça tombe bien moi aussi !) et a sorti son 1er disque, 100% compos originales et 100% rock n' roll, un putain de coup de cœur !
Donc ouais, c'est un véritable et parfait album de rock n' roll mais pas seulement.
Il a été entièrement écrit par JB & Titi, partageant les mêmes goûts musicaux, le métal, le punk, le blues, la country, le rockabilly, que sais-je encore...
Et c'est par ces passions communes que la recette va se concocter.
Le temps aura été bénéfique et voilà le résultat, 11 titres avec un parfait métissage de tout ce qui a été cité plus haut.
Le jeu de guitare technique et parfait de JB, la voix puissante et mélodique de Titi et la superbe rythmique basse-batterie emmenée par Boris et Tony qui groove à mort, des musiciens de haut niveau !
Finalement Trouble Juice c'est comme un plat en sauce, plus ça mijote et plus c'est bon (c'est bien légitime !)
L'ombre de Brian Setzer et les fantômes de Rory Gallagher (dont le titre 9 est un hommage) et Randy Rhoads planent sur ce disque.
Un sacré bon album donc, auto produit, qui mérite une oreille attentive et une plus large diffusion car voilà ce qui se fait de plus en plus rare dans nos bacs, un disque authentique fait avec les tripes par des amoureux de bonne musique !  Écoutez le (voir plus bas) et si ça vous a plus, achetez le bordel !
A bientôt sur scène !
Année : 2011
Genre : Wock n' woll
Label : Autoproduction

Titres
1. Slippers - 2. Another love song - 3. What you get - 4. Time for yer fight - 5. The walk - 6. Mr Burns - 7. Missiles - 8. Alive & kickin' - 9. Mc Curtain street - 10.  Rockin' habit - 11. IEALAM


Pour se procurer l'album
Rock à GoGo, 11 rue Pare à Nantes
Rockmitaine, 112 rue des Postes à Lille
Leclerc Nantes
Leclerc Pornic
ou leur écrire : vive.le.rock@wanadoo.fr

mercredi 19 septembre 2012

LE ROCK D'ICI A L'OLYMPIA / LA NUIT PUNK DE L'OLYMPIA

Voici un live intéressant à tout point de vue.
Il retrace 3 soirées à l'Olympia en 1978 où la crème des groupes rock et punk français du moment ont littéralement tout donné et comme en témoigne la jaquette et ses fauteuils dévastés, ce fut d'une rare intensité.
On a donc l'occaz ici de pouvoir (ré)entendre des groupes représentatifs du mouvement qui pour certains n'ont même jamais sorti d'album à proprement parler, quelques apparitions sur diverses compils ou des maxis, d'autres comme Diesel n'ont jamais eu de réédition de leur LP en cd.
On y retrouve pour les plus connus, les Stinky Toys d'Elie Meideros et Jacno, les Starshooter de Kent ou les fameux Bijou (qui feront remonter Gainsbourg sur scène un an plus tard).
On a même le droit à une reprise des Stooges par les Lyonnais d'Electric Callas.
Ça envoie sec à coup de guitares, de rythmes effrénés, l'enregistrement est plutôt bon pour l'époque agrémenté d'interventions d'un annonceur qui ne manque pas d'humour.
Ce disque est probablement la seule véritable trace live d'une époque où le punk français eu son heure de gloire et pour tout amateur de cette époque, la possession de cette pépite est plus qu'indispensable, c'est un devoir !
Pour l'anecdote, j'ai eu comme prof de gratte il y a une dizaine d'années Frantz Magloire de Diesel qui s'est reconverti dans le blues (pas étonnant quand on entend son style à l'époque), un excellent personnage très sympa et talentueux avec beaucoup de choses intéressantes à raconter et à enseigner.

Titres :
1. Rien à dire (Marie et les garçons + les Divines) - 2. Plastic faces (Stinky Toys) - 3. Tout p'tit rock n' roller (Diesel) - 4. Ok Carole (Bijou) - 5. Vie, mort et résurrection d'un groupe passion (Bijou) - 6. I wanna be your dog (Electric Callas) - 7. No escape (Lou's) - 8. 35 tonnes (Starshooter) - 9. Asphalt jungle (Asphalt Jungle) - 10. Wake up (Guilty Razors)

Année : 1978
Genre : Punk, rock
Label : EMI

Extraits de l'album : http://musique.fnac.com/a757897/Compilation-punk-Le-rock-d-ici-a-l-Olympia-CD-album

mardi 18 septembre 2012

KYUSS - ...AND THE CIRCUS LEAVES TOWN

Dernier album de Kyuss, groupe de Josh Homme des QOTSA et surtout un des pionniers du stoner rock, sorti en 1995 l'année même de la séparation du groupe quelques mois plus tard.
Enregistré donc dans un climat un peu spécial le groupe sachant déjà que c'était la fin, il n'en demeure pas moins un excellent cru.
La formule du stoner est là, guitare lourde et grave, basse vrombissante et batterie groovy accompagné de la superbe voix mélodique de John Garcia.
Ultime témoignage superbement interprété d'un groupe qui malgré une courte carrière aura marqué les esprits par ce "son" aujourd'hui devenu un style à part entière.
Josh Homme formera donc les QOTSA avec la renommée que l'on connait aujourd'hui, leur première apparition discographique est un split album avec Kyuss dont il s'agira pour le coup de la dernière, le relai est passé...
John Garcia quand à lui, après diverses formations, a fait une tournée récemment sous le nom de Kyuss Lives ! où il reprend les succès du groupe.

Titres :
1. Hurricane - 2. One inch man - 3. Thee Ol' Boozeroony - 4. Gloria Lewis - 5. Phototropic - 6. El Rodeo - 7. Jumbo Blimp Jumbo - 8. Tangy Zizzle - 9. Size Queen - 10. Catamaran - 11. Spaceship Landing

Année : 1995
Genre : Stoner rock
Label : Elektra

http://www.kyusslives.com/

Écoutez l'album : http://www.deezer.com/fr/music/kyuss/-and-the-circus-leaves-town-360510

mardi 4 septembre 2012

LILI BONICHE - OEUVRES RECENTES

Lili Boniche est un célèbre chanteur juif/algérien aux textes sombres ensoleillés de musiques aux couleurs arabo-andalouse, un joli mélange !
Je ne connaissais pas cet artiste dont la carrière, débutée dans les années 30 en Algérie, eu une parenthèse de plusieurs décennies pour être redécouvert par la jeune génération dans les années 90. Lors de la sortie de ce disque il a alors 83 ans !
Il s'agit ici d'un album où Lili reprend des classiques issus de son répertoire mais aussi d'ailleurs ("besame mucho" par exemple), avec un orchestre de luxe pour l'occasion représenté entre autres par une rythmique inédite jusqu'alors : Matthieu Chedid et Manu Katché, rien que ça !
La sonorité du disque est donc très différente des accents arabisants habituels chez Lili (excepté son chant), on reconnait d'ailleurs bien la patte de -M-, ce qui n'en fait pas moins une sacré réussite, nul doute que la popularité au sommet du guitariste a attiré la curiosité chez les jeunes auditeurs car nous sommes à des générations de décalage.
La formule a donc pris à merveille, le chant français mais surtout arabe comme je le disait plus haut se complète à la perfection au rythme groovy et entrainant des musiciens de talents.
Lili Boniche s'en ira 5 ans plus tard...

Titres :
1. Amir Leghram - 2. Eli Mektoub - 3. Besame mucho - 4. Dis moi dis moi - 5. Elle est partie - 6. La mama - 7. Le tango - 8. Carmelita - 9. Elle est à moi, à moi seul - 10. N'oublie jamais tes parents

Année : 2003
Genre : musique du monde
Label : PIAS

Écoutez l'album : http://www.deezer.com/fr/music/lili-boniche/oeuvres-recentes-4183171

mardi 28 août 2012

HELMUT - XI IX XI

Escale en Suisse aujourd'hui avec Helmut et son 2e album XI IX XI.
Une sorte de ménage à 3 où le stoner et le hardcore côtoient le blues rock sudiste (l'histoire veut que les gratteux ont décidés de changer leur son après un concert mémorable de ZZ Top).
Le coté blues se ressent effectivement dès les premières notes du disque avec un titre entièrement instrumental où guitares et sitars vont se mélanger pour mieux se compléter, le même schéma se répétera sur le 7e titre, ça sent le rock texan à plein nez.
Toutefois le reste du disque sera majoritairement sous le signe d'un stoner rock à la Kyuss (en plus mélodique) plutôt efficace aux touches hardcore notamment à la voix où le chanteur crache ses tripes, on flirte même le death-métal à certains moments, ce qui ne l'empêche pas de balancer du chant clair par-çi par là (savent tout faire ces gars là !).
Certes ça fait pas mal de mélanges mais la recette fonctionne, le groupe sait où il va et l'auditeur ne sera pas déconcerté, en tout cas moi je ne l'ai pas été...
La tracklist est pourvu de quelques noms plutôt sympathiques et inattendus ("divine kebab", "chouchenn") et nul doute que Karl Lagerfeld doit être flatté d'y avoir également sa place ;o)
En bref, une sacrée découverte (merci Nico) truffé de mélange de genre doté d'une excellente production ! A découvrir !

Titres : .
1. A decade of lost freedom - 2. Divine kebab - 3. The road to Pokhara - 4. Tap 7 - 5. Chickenbrain - 6. Chouchenn - 7. The legend of Glen Baden - 8. Karl Lagerfeld - 9. Colson blues - 10. Doomkopf

Année : 2011
Genre : Stoner, hardcore, blues
Label : HeimatHome

http://heimathomerecords.com/v1/default.php?f=0

Extraits de l'album : http://www.myspace.com/helmutmut/music/songs?filter=popular


lundi 27 août 2012

LES THUGS - COME ON PEOPLE !

Retour après une pause bien méritée !
Durant cette interruption, j'ai eu le plaisir de recevoir en exclusivité, le coffret qu'on attendait plus des Thugs "Come on people !" retraçant le no reform tour de 2008 (à l'initiative des 20 ans de Sub Pop).
Le résultat est largement à la hauteur de l'attente, 2 dvds regroupant le documentaire, le live à Angers et quelques bonus (clips, courts métrages) ainsi que le live audio du concert de Bordeaux.
On parlera ici de l'audio puisque c'est le thème de ce blog, je me permet cependant une courte parenthèse sur le documentaire exceptionnel qui montre un groupe qui a géré sa carrière comme il l'a souhaité sans suivre aucune mode, aucun regret, que du positif, des mecs humbles et sincères, à voir absolument...
Le live d'Angers est l'occaz donc de retrouver un groupe qui n'a pas pris une ride après huit ans d'absence. Choix et ordre des titres bien ficelés, un son excellent, la puissance est là, le concert est impressionnant, comme s'ils n'avaient jamais stoppés, il suffit de regarder le dvd pour s'en rendre encore mieux compte, seul l'évolution capillaire en trahi certains ;o).
Petit regret cependant, l'absence totale de titres de leur dernier et pourtant très bon opus "tout doit disparaître", ils l'évoquent dans le doc mais on n'en saura pas plus...
Les chanceux comme moi qui l'ont obtenu en avant-première ont eu le privilège de recevoir un dvd supplémentaire d'un concert de Berlin en 1988, celui qui les fera signer chez Sub Pop (ce disque ne fera pas parti du coffret en septembre).
Pour conclure donc, un témoignage ultime d'un des groupes les plus représentatifs du rock/punk français alternatif, une boucle (définitivement ?) bouclée à la manière Thugs, de la générosité et de la grosse disto bien grasse, merci les mecs, ceux qui n'ont pas eus la chance de vous voir vont s'en mordre les doigts...

Titres (live à Bordeaux) :
1. As happy as possible - 2. I need you - 3. Your kind of freedom - 4. Femme fatale - 5. Waiting - 6. Papapapa - 7. Il grupetto - 8. I.A.B.F - 9. Road closed - 10. Dead dreams - 11. Stop the war - 12. Dreamers' song - 13. Biking - 14. Square of lights - 15. Dirty white race - 16. Birds of Ill omen - 17. I love you so - 18. And he kept on whistling - 19. You say why ?

Année : 2012
Genre : Rock/punk
Label : Crash disques

Sortie prévue le 10 septembre 2012

http://www.lesthugs.fr/news.htm

mardi 24 juillet 2012

mercredi 11 juillet 2012

PAUL DESMOND - BOSSA ANTIGUA

Restons dans le domaine du jazz et plus précisément dans la bossa nova.
J'ai évoqué Paul Desmond dans ma précédente chronique, l'occasion donc de lui consacrer quelques lignes sur un autre bijou d'un jazz d'ambiance et de grande qualité, l'album Bossa Antigua
Accompagné du guitariste Jim Hall (Ella Fitzgerald, Sonny Rollins) et de son accolyte Eugene Wright à la basse (Dave Brubeck Quartet), le saxophoniste nous fait voyager le temps d'un album dans une bossa mélancolique, douce et apaisante.
Un disque d'une beauté enivrante, le saxophone de Desmond ayant cette sonorité fluide et épurée, constitue un atout majeur dans l'atmosphère de la bossa nova.
A ranger aux cotés d'un Stan Getz, d'un Chico Buarque ou d'un Astrud Gilberto...

Titres :
1. Bossa antigua - 2. The night has a thousand eyes - 3. O gato - 4. Samba cantina - 5. Curaçao doloroso - 6. Ship without a sail - 7. Aliança - 8. The girl from east 9th streat - 9. The night has a thousand eyes (alternate take) - 10. Samba cepeda - 11. O gato (alternate take)

Année : 1964
Genre : Bossa nova, jazz
Label : BMG

http://puredesmond.ca/

Écoutez l'album : http://www.deezer.com/fr/music/paul-desmond/Bossa-Antigua-1211278

mardi 10 juillet 2012

DAVE BRUBECK QUARTET - TIME OUT

Un classique du jazz aujourd'hui, le fameux Time Out du quartet du grand pianiste Dave Brubeck.
Composé de musiciens d'exceptions, ce disque fut dans un premier temps une expérimentation de la part du pianiste, à savoir l'utilisation de rythmes inhabituels dans le jazz (ça c'est surtout pour les initiés) ce qui lui vaudra de mauvaises critiques et la prédiction d'un avenir noir.
C'est tout le contraire qui se passera et il sera un des disques les plus vendus dans le milieu.
Quand on écoute ces superbes mélodies entrainantes ou d'une douceur apaisante, le sax alto de Paul Desmond qui effleure nos oreilles et cette rythmique parfaite, comment ne pas tomber sous le charme... moi même étant gamin j'ai accroché tout de suite à cette musique que mon père avait l'habitude d'écouter, surement pour décompresser du boulot d'ailleurs quand j'y repense...
Et quand un grand comme Nougaro s'en inspire pour écrire quelques uns de ses plus grands succès ("le jazz et la java" ou " à bout de souffle", écoutez vous verrez), on comprend pourquoi...
Je ne saurai trop vous conseiller la superbe réédition du 50e anniversaire, contenant en plus de l'édition originale remastérisée, un live du début des 60's et un superbe dvd où le maître raconte la naissance de l'album et nous fait une démonstration, à quasi 90 ans il n'a rien perdu, c'est beau à voir et à entendre...

Titres :
1. Blue rondo à la turk - 2. Strange meadow lark - 3. Take five - 4. Three to get ready - 5. Kathy's waltz - 6. Everybody's jumpin' - 7. Pick up sticks
Lien
Année
: 1959
Genre : jazz
Label : Columbia

http://www.davebrubeck.com/live/

Écoutez l'album : http://www.deezer.com/fr/music/the-dave-brubeck-quartet/Time-Out-241248

mardi 3 juillet 2012

GRIP INC. - POWER OF INNER STRENGTH

J'en ai parlé dans ma précédente chronique, du coup j'enchaine, voici donc le 1er disque de Grip Inc.
Dave Lombardo parti de Slayer à l'époque revient donc en pleine forme avec ce nouveau groupe formé avec le guitariste et producteur Waldemar Sorychta (Despair) et le chanteur punk Gus Chambers (The Squad).
Alors contrairement à ce que j'ai pu lire à plusieurs reprises, cet album n'est pas à mon sens une pâle copie de Slayer et ce même avec le jeu perceptif et surpuissant de bout en bout de Lombardo (à noter le superbe "toque de muerto" introduisant le disque, uniquement composé de percussions).
Waldemar Sorychta est plus technique, plus précis, plus mélodique, ce qui fait toute la différence, les riffs et solos sont magistralement maîtrisés et que dire du chant métalo-punk de Chambers, qui est parfait et d'une intensité exceptionnelle ! L'ensemble est également plus groovy (mais attention j'adore Slayer et ce groupe est différent c'est tout).
Voilà encore le résultat d'une rencontre qui a bien fait d'avoir eu lieu, ce disque est réellement une pépite du thrash des années 90.
3 albums plus ou moins bons (le 2e est à la hauteur de celui-çi) suivront jusqu'en 2004, puis silence radio jusqu'à la mort de Chambers en 2008 enterrant définitivement l'espoir d'une suite... Mais promis, j'en reparlerai !

Titres
:
1. Toque de muerto - 2. Savage seas (retribution) - 3. Hostage to heaven - 4. Monster among us - 5. Guilty of innocence - 6. Innate affliction - 7. Colors of death - 8. Ostracized - 9. Cleanse the seed - 10. Heretic war chant - 11. The longest hate

Année : 1995
Genre : Thrash métal
Label : SPV

http://www.myspace.com/gripincmusic

Extraits de l'album : http://musique.fnac.com/a626192/Grip-Inc-Power-of-inner-strength-CD-album

lundi 2 juillet 2012

VOODOOCULT - JESUS KILLING MACHINE




Né en 1994 sous l'impulsion du chanteur Philipp Boa, Voodoocult est ce qu'on appelle un "supergroupe".
En effet, le line-up est impressionnant,
- Guitares : Chuck Schuldiner (Death), Gaby Abularach (Cro-Mags), Waldemar Sorychta (Despair, Grip Inc.) et Mile Petrozza (Kreator).
- Basse : Dave Ball (Killing Joke)
- Batterie : Dave Lombardo (Slayer, Grip Inc.)
Bref, de très grosses pointures en matière de thrash qui annonce un grand disque du genre.
Et c'est bien évidemment le cas, cet album envoie du lourd dès le premier titre et détruit tout sur son passage jusqu'à la dernière note.
Des guitares tranchantes, une rythmique basse batterie dévastatrice.
Rien à redire, c'est du gros son interprété par des musiciens de haut niveau qui satisfera pleinement les amateurs du genre et des groupes cités plus haut.
2 petits reproches, d'une part le chant que je ne trouve pas assez puissant et plus adapté à un registre heavy métal, mais ça, ça n'engage que moi et d'autre part aucune composition n'est signée Schuldiner, dommage.
La présence de Lombardo et Sorychta font ressortir quelques prémices de ce que sera le premier opus de Grip Inc. (déjà formé à l'époque mais dont l'album sortira 1 an plus tard), c'est flagrant sur "killer patrol" ou encore "born bad and sliced" composés par le guitariste (bon c'est vrai ausi que le jeu de Lombardo est reconnaissable et unique...)
Un disque exceptionnel et indispensable pour tout fan de thrash métal, et avec un line-up pareil ça serai dommage de passer à coté !
Un 2e album (moins intéressant pour ma part) sortira l'année suivante avec d'autres membres (dont Jim Martin de Faith No More) puis le groupe se séparera définitivement après la tournée qui suivra.

Titres :
1. Killer patrol - 2. Metallized kids - 3. Jesus killing machine - 4. Born bad and sliced - 5. Albert is a headbanger - 6. Hellatio - 7. Death don't dance with me - 8. Art groupie - 9. Blood surfer city - 10. Voodoocult - 11. Bitchery bay

Année : 1994
Genre : thrash métal
Label : Motor music

http://www.metal-archives.com/bands/Voodoocult/1599

Extraits de l'album : http://www.myspace.com/thevoodoocult/music/songs?filter=POPULAR

mardi 26 juin 2012

GREGORY ISAACS - COOL RULER SOON FORWARD SELECTION

Comme je l'ai déjà fait avec les Gladiators, voici à nouveau la chronique d'une compil de chez Frontline pour un artiste très respecté dans le milieu du reggae, j'ai nommé monsieur Grégory Isaacs.
Issue du ghetto jamaïcain, l'artiste a mené une carrière bien remplie de plus de 40 ans avec des hauts et des bas.
Cette compilation regroupe quelques uns de ses grands titres (dont une reprise de John Holt) jusqu'en 1990, année de sa sortie, et constitue un bon compromis pour découvrir et posséder un bon florilège de ce grand bonhomme que j'ai eu la chance de voir en live il y a quelques années à Paris.
Du reggae roots à l'ancienne bien bon !
Grégory est définitivement rentré dans l'histoire en 2010.

Titres :
1. Universal tribulation - 2. Words of the farmer - 3. Black liberation struggle - 4. Mr. Brown - 5. Raving tonight - 6. John public - 7. Let's dance° - 8. Native woman - 9. One more time - 10. My relationship - 11. Slave market - 12. Uncle Joe - 13. Lonely girl - 14. Soon forward

° reprise de John Holt

Année : 1990
Genre : Reggae roots
Label : Virgin

Écoutez l'album : http://www.deezer.com/fr/music/gregory-isaacs/cool-ruler-soon-forward-selection-301478

lundi 25 juin 2012

THE FUNK BROTHERS - STANDING IN THE SHADOWS OF MOTOWN


Voici la B.O d'un des documentaires musicaux les plus intéressant que j'ai pu voir.
Il retrace l'épopée des Funk Brothers, musiciens de studio pour la Motown ayants enregistrés de nombreux tubes et accompagnés de nombreux artistes (Marvin Gaye, Stevie Wonder, Temptations, Supremes,...). Il permet de (re)découvrir outre des personnages fabuleux et touchants, des musiciens talentueux qui ont fait leur carrière dans l'ombre des plus grands.
Pour l'occasion les Funk Brothers se sont retrouvés lors d'un concert (qui agrémentera le film) où ils interpréteront quelques uns des plus grands tubes qu'ils aient enregistrés, accompagnés d'un florilège d'artistes au chant (Ben Harper, Bootsy Collins ou Meshell Ndgeocello entre autres).
C'est ce concert qui est donc proposé ici et qui montre à quel point le groupe n'a rien perdu de sa patte, un grand moment de soul music !
Ces grands personnages méritaient qu'on les fasse sortir de l'ombre et qu'on leur rende hommage, c'est chose faite avec ce documentaire que je vous conseille très fortement de regarder avec la plus grande attention (on est souvent surpris par le nombre des hits du groupe que l'on connaissait sans le savoir).
Faites également de la place autour car on ne peut s'empêcher de danser sur la musique de ceux qui ont enregistrés plus de hits n°1 que les Beatles, Elvis, les Stones et les Beach Boys réunis, tout est dit !

Titres :
1. (Love is like a) Heat wave (Joan Osborne) - 2. You've really got a hold on me (Meshell Ndgeocello) - 3. Do you love me (Bootsy Collins) - 4. Bernadette (instrumental) - 5. Reach out I'll be there (Gerald Levert) - 6. Ain't to proud to beg (Ben Harper) - 7. Shotgun (Gerald Levert & John Scott) - 8. What become of the brokenhearted (Joan Osbourne) - 9. I heard it through the grapevine (Ben Harper) - 10. You keep me hangin' on (intrumental) - 11. Cool jerk (Bootsy Collins) - 12. Cloud nine (Meshell Ndgeocello) - 13. What's going on (Chaka Khan) - 14. Ain't no mountain high enough (Chaka Khan & Montell Jordan) - 15. The flick (Earl Van Dyke

° Original Motown recordings

Année : 2003
Genre : Soul, funk
Label : Hip-O records

http://www.standingintheshadowsofmotown.com/index.htm

Vidéos du concerts et extraits du doc ici ;o)
Extraits du disque (et plus encore) : http://www.lastfm.fr/music/Various+Artists/Standing+In+The+Shadows+Of+Motown

lundi 18 juin 2012

ELECTRIC MUSIC

5 ans après le 1er album de son projet Elektric Music (voir chronique ici), Karl Bartos reviens avec un nouvel opus créant la surprise.
1er constat, le nom du groupe subit un léger changement d'orthographe (le "c" remplace le "k") mais surtout les chansons prennent un virage pop-rock , les machines sont toujours présentes mais beaucoup plus en retrait, la guitare (électrique et acoustique) est fortement mise en avant.
Les compositions chantés par Karl sont plutôt entrainantes, assez colorés, on se croirait à certains moments dans un disque de brit-pop (!).
Très agréable à l'écoute, cet opus entièrement chanté en anglais, fut probablement une opportunité pour Karl Bartos de toucher un plus large public et sortir un peu du cercle électro dont l'image lui collait à la peau, courageux mais risqué.
Aujourd'hui revenu à l'électro pure, Bartos fait toujours des disques, désormais sous son nom, et tourne assez régulièrement dans l'ouest et le nord de l'Europe mais malheureusement assez rarement en France.

Titres :
1. The young urban professional - 2. Sunshine - 3. Another day - 4. Friends - 5. Call on me - 6. Together we can do it all - 7. Out of this world - 8. Only a dream - 9. Shallow grave - 10. Falling - 11. Sunshine (reprise) - 12. The long way

Année : 1998
Genre : Pop électro
Label : Positive songs

http://www.karlbartos.com/

Extraits de l'album : http://www.allmusic.com/album/electric-music-mw0000453559

mercredi 13 juin 2012

MIKE OLDFIELD - THE SONGS OF DISTANT EARTH


Jaquette originale et jaquette actuelle

Sorti en 1994, the song of distant earth est le 15e album de Mike Oldfield (dont j'ai déjà parlé ici).
Il fut inspiré par le livre du même nom d'Arthur C. Clarke dont Oldfield est un inconditionnel et a donc décidé d'en faire une sorte de bande originale.
Orienté trés new age par rapport à ses précédentes créations, il a souvent été évoqué l'influence de grands noms du même genre (Enigma, Vangelis,...).
"Ambiant" est le mot clé de ce disque, l'histoire du livre se passe dans le futur après la destruction de la terre, les êtres humains ayant survécu se donnent rendez vous sur une planète océanique du nom de Thalassa.
Oldfield fait le pari de mettre en musique ce voyage et le résultat est à la hauteur de son talent.
Construit comme un véritable album concept, les morceaux assez courts s'enchainent sans coupure, L'artiste nous emmène en voyage, son toucher de guitare reconnaissable se mélange aux ambiances orchestrales et aux effets sonores.
Les voix présentes dans l'album ressemblant à des sortes de chants grégoriens, font beaucoup penser aux artistes cités plus haut avec la touche Oldfield en plus.
Un très grand disque qui à l'époque ne fit pas l'unanimité auprès des fans, jugé trop new age avec les synthétiseurs mis plus en avant que la guitare, cependant il a attiré un autre public vers la musique d'Oldfield.
Pour l'anecdote, The songs of distant earth est le 1er cd de l'histoire avec une piste cd-rom, comprenant un jeu et un vidéo clip.

Titres :
1. In the begining - 2. Let there be light - 3. Supernova - 4. Magellan - 5. First landing - 6. Oceania - 7. Only time will tell - 8. Prayer for the earth - 9. Lament for Atlantis - 10. The chamber - 11. Hibernaculum - 12. Tubular world - 13. The shining ones - 14. Crystal clear - 15. The sunken forest - 16. Ascension - 17. A new beginning

Année : 1994
Genre : New age, rock progressif
Label : Warner


lundi 11 juin 2012

ALAIN BASHUNG - L'HOMME A TÊTE DE CHOU

2006, le chorégraphe Jean-Claude Galotta envisage de monter un ballet moderne sur l'album concept et chef d'oeuvre de Gainsbourg l'homme à tête de chou
Il souhaite le faire réinterpréter par Bashung qui répond présent sans hésiter, l'occasion pour lui de rendre hommage à celui qui l'a accompagné le temps d'un disque (play blessures) il y a 30 ans cette année.
Bashung enregistre en 2 jours les textes sans musique. Le projet sera finalisé qu'après sa disparition c'est à dire environ 3 ans plus tard et pourra être entendu uniquement dans premier temps lors des représentations du ballet et sera dispo à titre posthume dans les bacs fin 2011 soit 5 ans après les prises de voix.
Le résultat final est sublime, les morceaux, sans dénaturer les originaux, sonnent considérablement plus actuels due à l'ajout de nouveaux instruments et de variations (sur Marilou ?) dont Denis Clavaizolle le chef d'orchestre s'est permis.
Le chant récité d'Alain sans copier celui de Serge se fond dans le décor et s'adapte parfaitement.
Même s'il ne surpasse pas l'original ce qui est de toute manière impensable et impossible, il n'en est pas moins indispensable car ce n'est pas une pâle copie, c'est la réinterprétation somptueuse d'un grand par un grand.
La boucle est bouclée, sans le savoir Bashung signait là son ultime témoignage faisant à la fois office d'hommage à l'un de ses mentors parti trop tôt et l'occasion d'entendre une dernière fois la voix suave d'un imprudent parti lui aussi trop tôt.

Titres
1 L'homme à tête de chou - 2. Chez Max coiffeur pour hommes - 3. Marilou reggae - 4. Transit à Marilou - 5. Flash forward - 6. Aéroplanes - 7. Premiers symptômes - 8. Ma lou Marilou - 9. Variations sur Marilou - 10. Meurtre à l'extincteur - 11. Marilou sous la neige - 12. Lunatic asylum

Année : 2011
Genre : Chanson française
Label : Universal


mercredi 6 juin 2012

THE HARDER THEY COME SOUNDTRACK


Voici une bande originale contenant des grands classiques du reggae pour un film finalement assez méconnu.
Sorti en 1972, le film raconte l'histoire d'un jeune jamaïcain issu de la campagne qui rêve de devenir chanteur, le rôle est tenu par Jimmy Cliff, alors encore peu connu dans son pays et totalement inconnu chez nous.
La moitié du disque est interprété par Cliff (dont le célèbre "many rivers to cross") mais il met aussi en avant quelques futurs grands noms comme Toots & The Maytals (ici appelés seulement The Maytals), Desmond Dekker ou encore The Slickers.
Les morceaux abordent la vie du personnage et des ghettos jamaïcains et il n'y a vraiment rien à jeter. 
C'est roots, c'est entrainant, c'est à l'époque une grande découverte en occident ce qui permettra à Jimmy Cliff de devenir un des premiers représentants du reggae avant d'être détrôné par Bob Marley.
Des classiques dont certains seront repris dans des styles complétement différents,"Rivers of Babylon" en disco par Boney M et même par Eddy Mitchell pour la chanson titre dont les paroles seront changés mais l'air est bien le même, intitulé "le maître du monde", étonnant et plutôt pas mal d'ailleurs !
Une réédition en 2003 proposera un 2e disque de 18 titres (qui n'apparaissent pas dans le film) afin de compléter cette pépite indispensable pour tout amateurs de reggae qui se respecte !


Titres (édition originale 1 cd) :
1. You can get it if you really want (Jimmy Cliff) - 2. Draw your brakes (Scotty) - 3. Rivers of Babylon (The Melodians) - 4. Many rivers to cross (Jimmy Cliff) - 5. Sweet and dandy (The Maytals) - 6. The harder they come (Jimmy Cliff) - 7. Johnny too bad (The Slickers) - 8. 007 (Shanty town) (Desmond Dekker) - 9. Pressure drop (The Maytals) - 10. Sitting in limbo (Jimmy Cliff) - 11. You can get it if you really want  (Jimmy Cliff) - 12. The harder they come  (Jimmy Cliff)

Année : 1972
Genre : Reggae
Label : Universal


LES THUGS - AS HAPPY AS POSSIBLE


Les Thugs (dont j'ai déjà parlé) vont enfin sortir à la rentrée, le DVD de leur mini tournée de reformation de 2008, l'occaz de revenir ici sur un grand disque de rock français.
1993, déjà 10 ans que l'aventure a commencé et le groupe a déjà plusieurs albums à son actif.
Et pour cette 5e galette, toujours la bonne recette, chant anglais, une disto bien grasse, du gros son, de plus en plus de maturité dans les compos tout en gardant une rage encore plus intense que dans leurs débuts. 
Pas avares, les angevins pondent carrément 17 titres.
Définitivement Les Thugs ont un son, leur son, il y a la "patte" Thugs n'en déplaise aux intéressés et s'ils n'ont peut être pas eu le succès qu'ils auraient mérité, ils s'en foutent et ne l'ont pas cherché non plus, eux ils aiment le rock, ils aimaient le jouer sur scène et n'ont jamais triché, c'est un des groupes les plus humbles et sincères que je connaisse, le documentaire "come on people" bientôt disponible qui a déjà pu être visionné sur la toile en est le témoignage parfait. 
Bruce Pavitt co-fondateur de Sub Pop a trouvé la phrase juste à propos d'eux: "they are too smart to be famous", rien à ajouter...

Titres
1. As happy as - 2. Papapapa - 3. Biking - 4. Harpo's theme - 5. Horror toys - 6. Ad men - 7. August - 8. Dreamer's song - 9. (Omar feel's fear in Weimar) - 10. Flags - 11. Monkey 58 strings sonics fly - 12. You wanna die - 13. (Maria cries in Lima) - 14. Looking in your eyes - 15. Immigrés, clandestins - 16. Desert days - 17. (Wang leaves China)

Année : 1993
Genre : Rock, punk
Label : Roadrunner

http://www.lesthugs.fr/
Groupe Facebook (dont je suis l'administrateur avec PY le bassiste) :  https://www.facebook.com/groups/17900913541/10150889079668542/?notif_t=group_activity


mardi 5 juin 2012

EXODUS - BONDED BY BLOOD


Ne pas se fier aux apparences, derrière cette immonde jaquette se cache un grand classique du trash métal des années 80.
Petite leçon d'histoire rapide, Exodus est le grand exclu de la bande du Big Four (Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax) et pourtant à l'époque ce 1er album est une véritable bombe bien meilleure que certains 1er essais des groupes cités précédemment. Ce n'est pas un hasard d'ailleurs si avant son enregistrement Metallica les amputera de Kirk Hammett pourtant membre fondateur, l'histoire a montré que ça lui a été bénéfique...
Un vrai bijou donc, des riffs accrocheurs et tranchants, des solos en veux tu en voila et le chant hurlé de Paul Baloff, typique pour l'époque. Tout est là et malgré une production médiocre il fait parti aujourd'hui du panthéon des grands disques du trash métal, on regrettera juste sa courte durée.
Il faut savoir que cet album a été entièrement réenregistré en 2008 avec le line-up actuel sous le titre let there be blood en hommage à Paul Baloff décédé en 2002. La prod est bien meilleure évidemment mais pour ma part la voix de Paul est plus approprié, c'est presque trop propre et surtout on ne peut pas améliorer ce qui est déjà au top...

Titres
1. Bonded by blood - 2. Exodus - 3. And then they were none - 4. A lesson in violence - 5. Metal command - 6. Piranha - 7. No love - 8. Deliver us to evil - 9. Strike of the beast

Année : 1985
Genre : Trash métal
Label : Combat



mercredi 30 mai 2012

MOLODOÏ - IRRECUPERABLES


Jaquette édition vinyle et jaquette édition CD

1990, 1 an après les mémorables concerts suicides des Bérurier Noir à l'Olympia, Fanfan et 2 potes Nanouche et Spirou forment Molodoï et sortent rapidement leur 1er disque.
Un punk aux accents plus rock n' roll et plus travaillé que les Bérus (ce qui ne veut pas dire que c'est moins bon).
La rage est présente, ça envoie, formule basse/guitare et boite à rythme de rigueur (que le groupe remplacera par un vrai batteur), textes toujours engagés de Fanfan et ça n'est que le début d'une courte carrière (6 ans) au cours de laquelle le groupe évoluera et sera très productif (4 albums et un live).
Aujourd'hui un peu oublié, il est toujours temps de (re)découvrir ce groupe qui fait partie intégrante de l'histoire du punk français.

Titres :
1. Molodoï - 2. Métis - 3. Irrécupérables - 4. On est là - 5. Golan united - 6. Politichiens - 7. Trait'ment spécial - 8. 30 avril 1975 - 9. Bonze déchu - 10. La rage - 11. Skalopards - 12. Evasion - 13. H.P 84 - 14. La marche des molodoï

Année : 1990
Genre : Punk
Label : Last call records

http://www.myspace.com/ltdmolodoi

Extraits de l'album sur youtube : ici ;o)

lundi 28 mai 2012

JUSTICE - †


J'ai découvert sur le (très) tard le 1er album de Justice, à dire vrai je l'ai acheté il y a 1 mois à peine. 
Je ne connaissais d'eux que le single "D.A.N.C.E" que je n'avais pas aimé (et que je n'aime toujours pas) et je n'avais pas cherché plus loin jusqu'à récemment où un pote l'a mis en fond sans que je sache qu'il s'agissait dudit album. 
J'ai été plutôt scotché quand il m'a révélé l'identité des responsables de ces excellents mixes electro rock partant dans tout les sens.
On entend de tout, de la grosse basse, du funk, des bidouillages à la JM Jarre, de la techno, du rock, du métal, et quelques samples (dont "thriller" sur "waters of Nazareth")... bref les 2 compères ont un nombre incalculables de références et en font une véritable bombe dansante doté d'un gros gros son !
Alors voilà, au final excepté le fameux single cité çi-dessus, je trouve cet album quasi parfait, comme quoi une fois de plus, il ne faut pas se fier à la première écoute, surtout quand il s'agit d'un single...
En plus pour leur 1ere tournée, ils terminaient leur set par un remix de "master of puppets" de Metallica, alors en conclusion, ils me plaisent bien ces 2 lascars (d'ailleurs le titre "one minute to midnight" ne serait t-il pas un clin d'oeil à Iron Maiden ?) !! 
Pour la peine, vais me lancer dans leur 2e galette...

Titres
1. Genesis - 2. Let there be light - 3. D.A.N.C.E - 4. Newjack - 5. Phantom - 6. Phantom Pt II - 7. Valentine  - 8. Tthhee Ppaarrttyy - 9. DVNO - 10. Stress - 11. Waters of Nazareth - 12. One minute to midnight

Année : 2007
Genre : Electro rock
Label : Ed Banger records